Critique de « Seigneur/Majesté » de Lomepal

C’était bien marrant de critiquer du Jul, mais je vais m’attarder sur un artiste un peu plus recherché : Lomepal, et son double projet composé de l’EP ‘Seigneur’ sorti en 2014 et ‘Majesté’ sorti en 2015. Proche de l’entourage de Nekfeu, j’avais surtout remarqué ce rappeur français avec son très bon album ‘Le singe fume sa cigarette’ produit avec le rappeur belge Caballero et le beatmaker Hologram Lo’.

Seigneur

53acbb09856b4a4fd197a3f46245ff3f-960x960x1

Commençons avec la première partie du projet, Seigneur, composée de neuf morceaux dont deux seuls featurings, Akhenaton (IAM) et Doums (L’Entourage). Les troubles du seigneur (produit par Vidji, 1/2 de Fixpen Sill, je kiffe ces gars) ouvre le projet en montrant un rappeur imbu de sa personne, mais aussi stressé de tomber de son trône, ce qui définit en grande partie le personnage. Le deuxième track Toi et moi est une chanson d’amour mettant en scène une violence conjugale violente se soldant sur un sample d’Eminem « I’m just playin’ ladies, you know I love you » qui rappelle que le rap propose souvent des fictions. Passons aux deux clips, d’abord Chute Libre (prod’ by Stwo, que j’avais auparavant vu faire de l’electro) où Antoine refuse le système, fuit son travail, se sent « au-dessus des lois ». Celui d’ Enter The Void montre une soirée, inspiré du film du même nom.

« Putain, j’connais plus le goût d’la justice


N’importe qui peux devenir crapuleux pour sa survie


J’ai pas d’leçon à donner, les problèmes ne s’annulent pas


Rien ne sert de comprendre, l’homme est mauvais de nature »

Majesté

lomepal

J’ai cependant une préférence pour la deuxième partie, Majesté, sortie un an plus tard. Trois feats (Caballero, Alpha Wann et Keroué de Fixpen Sill) pour dix morceaux ici. Après une transition opérée entre les deux parties avec l’intro Seigneur ou Majesté, Antoine montre une maîtrise de l’egotrip assez cool dans Majesté, où Stwo revient à la prod. Il laisse la place au belge JeanJass (qui rappe aussi, j’adore son EP ‘Double hélice’ avec Caballero) à la production de Egoet là niveau confiance en soi, on est très très haut, le refrain étant une énumération de nombreuses qualités. Je parlais de fiction dans la première partie, La Marelle en est aussi une, où le rappeur se place en tueur en série. Le clip est assez pesant, alors que le rappeur, serein, fait « lalala lala lala, lala lala » avec ses flingues. Caballero est invité sur Dans les étoiles, morceau très planant impliquant une prise de drogue.

« Peu de gens méritent mon estime… Solo ! Solo !


Ils ne captent pas mon esprit… Solo !


Ça les emmerde que je persiste… Solo ! Solo ! Solo ! »

Avis général

J’ai beaucoup aimé ce projet, de part la diversité des thèmes malgré une dominance de l’egotrip, après tout lisez le nom de l’album, rien de surprenant. Lomepal a un flow posé, je sais pas comment l’expliquer, mais particulier. Les instrus sont d’aussi bonne facture, les beatmakers sont de qualité (Hologram Lo’, Stwo, JeanJass, Meyso…).     Son écriture aussi est très fine, intelligente. Plus récemment, Lomepal a sorti le court EP ‘ODSL’, qui est aussi assez bon, il a déjà une belle discographie et elle n’est sûrement pas finie, j’vous encourage à l’écouter sur Spotify/YouTube si vous aimez le rap français.

 

Fin de mon premier vrai article, j’espère qu’il vous aura plu, n’hésitez pas à réagir par rapport au sujet traité ou à ma rédaction !

 

 

 

Publicités

4 réflexions au sujet de « Critique de « Seigneur/Majesté » de Lomepal »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s