Critique Final Fantasy XV [Attention Spoiler!]

Il s’agit sûrement d’un des jeux qui s’est fait le plus attendre, un jeu qui a suscité un enthousiasme certain mais à aussi été le sujet de critiques sans fondement. Aujourd’hui nous verrons un peu plus en détails le dernier gros jeu de Square Enix, Final Fantasy XV !

Pour vous aider à vous y retrouver, je vais rapidement m’introduire. Je suis Saiko, je suis du genre touche-à-tout donc je pourrais écrire sur n’importe quel type d’œuvres, même si mon domaine de prédiléction sera le jeu-vidéo. Sans plus attendre, la critique.

Pour présenter le jeu donc. Final Fantasy XV est un Action-RPG édité et développé par Square Enix. Ce jeu a eu un développement assez anarchique, abandon du projet plusieurs fois, changement de concepteur, etc… J’y reviendrai plus tard, mais c’est ce qui lui donne deux concepteur : Le premier Tetsuya Nomura (2006-2014) puis avant la fin de Nomura, Hajime Tabata (2013-2016) est venu reprendre le projet en essayant tant bien que mal de faire voguer le navire, malgré les fuites apparentes dans la coque de ce dernier.
Niveau musique on a ici la talentueuse Yoko Shimomura pour la bande-son complète et le partenariat de la chanteuse Florence and the Machine qui a chanté Stand by Me (reprise de la chanson de 1962). Le jeu a été annoncé pour le 30 Septembre 2016 mais s’est vu finalement sortir le 29 Novembre 2016 sur PS4 et XboxOne. Il met en scène quatres jeunes héros parti de leur ville pour se rendre au mariage d’un des quatres, le Prince Noctis Lucis Caelum. Il sera accompagné de ses meilleurs amis : Ignis Scientia, qui est comme le majordome de Noctis depuis son enfance, c’est le cuisinier du groupe. Gladiolus Amicitia, qui, lui, est le garde rapproché, l’entraîneur mais aussi un ami proche. Et enfin (mon favori) Prompto Argentum, véritable comique de la bande, il apporte un peu de gaieté. C’est aussi le photographe. Ils se déplaceront dans l’ancienne voiture du Roi d’Eos, la Regalia.

Eos, un lieu saisissant.

Premièrement, je ne peux pas passer à côté de la chose la plus frappante, les graphismes. Je pense qu’il n’y a pas énormément à reprocher au Luminous Engine si ce n’est d’être parfois trop lumineux, en effet certains passages rendait l’écran tellement claire, ou jouait beaucoup sur les reflets et halo de lumières qui irritait assez les yeux (notez qu’il s’agit peut-être juste de mon écran je ne sais pas si tout le monde à eu ça). Mais globalement c’est très réussi, les effets de lumières aussi, donc c’est parfait…si on enlève les reflets de l’eau parfois complètement bugué. Mais il reste néanmoins important de noter les décors qui sont très très bien rendu et on ne peut que se surprendre à admirer les paysages lors des trajets de voitures.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une bande-son envoûtante.

Les musiques composé par Yoko Shimomura sont de réelles sans faute, on est, je pense, à une des meilleures OST de la licence. Les instruments sont tous en accord et l’ambiance d’une zone est généralement très bien donnée (petit défaut : la musique des donjons ne change jamais mais ce n’est pas dû à la bande-son en elle-même donc c’est toujours un sans faute). Cela rends les scènes de combat très dynamiques et les scènes plus émotives feront tous de mêmes frissonner grâce à ça même si vous avez un cœur de pierre. Mais je ne suis pas très bon juge musical, je vous laisse juger de la qualité par vous-même ici

Un gameplay agréable.

Le gameplay à changé plusieurs fois durant le développement du jeu. D’abord sur un système de combo total, où l’on pouvait switcher d’arme en milieu de combo sans le stopper et même avec les animations qui suivait l’arme, un rendu très dynamique donc. Suite à la Platinum Démo on a obtenu un gameplay grinçant et rouillé, où l’on ne pouvait changer d’arme avant la fin du combo de celle utilisée. Finalement on se retrouve avec un mélange des deux en quelques sortes. pas de combos énormes mais on peut changer d’arme en milieu d’un combo, ce qui reste quand même assez fluide et simple à prendre en main. Les combats sont très dynamiques, et la plupart sont très plaisant. On ressent tout de même la rigidité du système qui empêche de vraiment enchaîner et va plutôt nous donner envie de rester sur une seule arme, ce qui est regrettable sur un héros qui a la faculté de changer instantanément…
Hors combat on remarque quelques défauts comme la touche X qui sert de saut mais aussi de touche Action ce qui va provoquer au prince de sauter avant de pouvoir ramasser vos champignons. Ca reste globalement très bon et agréable de jouer à FFXV donc le score reste positif.

Des personnages attachants mais…

Les personnages de ce jeu sont vraiment tous très très sympa mais assez peu nombreux, pour les lister (sans les héros) :
Iris, la soeur de Gladiolus
Cor Leonis, Chef de la Garde Royale
Regis Lucis Caelum, père de Noctis et roi d’Eos
Lunafreya Nox Fleuret, future femme de Noctis et amie d’enfance
Cid Sophiar, mécano du jeu et ami de Regis
Cindy Aurum, mécanicienne (la vraie) et amie de Prompto
Ardyn Izunia, chancelier de l’empire du Nilfheim (les méchants)
Aranea Highwind,  capitaine de la 87ème unité aérienne du troisième corps d’armée de Niflheim.
Mais le nombre de personnages n’est pas le problème, leur développement l’est.
Je reviendrai sur certains dans la partie sur le scénario mais sinon, Cor disparaît pendant sans rien dire et réapparaît, Cid n’est que le PNJ qui améliore vos armes et Cindy n’est que celle qui améliore et répare votre voiture. C’est pourtant des personnages qui pourrais avoir un peu plus de développement, ne serais-ce qu’au niveau relation avec les héros mais il n’en est rien. Je parlerais donc des autres personnages plus tard.

Le backtracking au centre de l’annexe.

Aaaah, les quêtes secondaires ! Moyen de créer de mini-scénario ou de développer des personnages secondaires voire mêmes les protagonistes ! Mais pas dans FFXV, il y a certes quelques quêtes intéressantes, mais elles se perdent très vite dans le tas de « Récuperez la plaque de chasseur », « Récupérez …. sur un …. » et autres quêtes sans intérêts. L’annexe est très mauvais et ça se sent vite, on peut résumer ça à battres des monstres, récupérer un objet, et prendre des photos. Il y a même les contrats de chasse qui ne sont que des massacres d’ennemis pour de l’exp et de l’argent, de plus on ne peut en prendre qu’une à la fois et il faut retourner à l’endroit où on a pris la quête avant d’en prendre une autre. Autant vous dire qu’il ne s’agit pas d’une partie de plaisir et vouloir le 100% est un véritable défi pour vos nerfs et votre patience.

Un scénario sous-exploité

Quand je pense au scénario, c’est bel et bien le premier mot qui me vient à l’esprit, c’est ici que le spoil sera présent, je dois parler de 2-3 choses qui le nécessite.
Pour commencer, avant d’entrer dans le vif du sujet je me dois de parler d’un élément qui m’a chagriné : l’ambiance
Je ne parle pas de l’ambiance des donjons ou autre mais bien de l’ambiance externe. Pour résumer le scénario, le prince part pour son mariage avec l’Oracle Lunafreya, le bateau est annulé, ils passent une nuit dans un hôtel, au matin ils apprennent que Insomnia, la ville de Noctis à été détruite. L’empire veut donc en finir avec le Lucis, leur dernière cible étant le Prince. Et bien malheureusement, c’est ça qu’il manque, on ne ressent pas cette impression d’être recherché. On est libre et on se promène à travers le pays sans problèmes. De temps à autre une troupe de soldat Magitech arrivent d’on ne sais où mais c’est tout, les routes son vide et il n’y a ni patrouille ni contrôle par exemple.

Maintenant, pour parler plus du scénario, la décéption est au chapitre 13, en plus d’être fait d’une manière qui ne plairat pas à tout le monde, on y apprends des choses, sauf que ces choses sont mal intégrées. Après tout pourquoi découvrir ça petit à petit quand on peut tout nous apporter sur un plateau d’argent. Les révélations nous sont présentées par le grand méchant de l’histoire : Ardyn. On y apprends un fait intéressant sur Prompto, et on y apprends aussi l’origine des ennemis du jeu, les dæmons. Tous ceci aurait pû être développés sur le scénario, ou alors, une alternative aurait été de faire des quêtes annexes on rapport direct avec le scénario. Avant le dernier chapitre on nous apprends même qu’un des persos, durant une absence de Noctis, a été faire le tour des tombeau royaux pour apprendre la vérité sur Ardyn. Pourquoi est-ce que ça n’aurait simplement pas pû être NOUS lors d’une quête qui l’apprenons ? On se rends donc compte qu’outre le scénario, l’open world est lui aussi sous-exploitée.
Avant de terminer je vais aussi parler brièvement de la phase linéaire du jeu, la seconde partie. Elle est essentiellement composé de passage en train, elle n’est pas horrible comme les gens en parlent souvent, mais c’est assez triste de ne pas pouvoir visiter la zone enneigée ou autre.
Pour finir je tiens à pointer le destin de deux personnage, et pas n’importe lesquels car on parle ici d’un des Hauts-Gradés de l’armée du Niflheim ainsi que de l’empereur du Niflheim. Et bien ils ne sont pas très importants d’après les scénaristes.
Pour Ravus Nox Fleuret, on apprends avec de petits papiers qu’il comptait finalement aider Noctis alors qu’il s’opposait à sa soeur avant. Malheureusement il finira d’un façon assez expédiée en boss (pas facile en plus) transformé en dæmon, il gardera une part encore humaine et mourra simplement de la main du prince du Lucis.final-fantasy-15-guide-walkthrough-tips-4386-148093659161.png
Quant à Iedolas Aldercapt qui n’est autre que la figure la plus importante de l’empire, et bien, je ne pense pas que tout le monde l’ait remarqué, je suis moi-même passé à côté de ce détail la première fois. Vous pensez savoir ? Et bien voilà la seule fois où l’on rencontre l’empereur.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Eh bien oui ! L’empereur n’est autre que le Foras, ce monstre qui nous poursuis das la base adverse, ne recherchant que l’anneau du Lucis. C’est d’ailleurs Ignis qui nous fait remarquer ça en émettant l’hypothèse qu’il s’agisse de l’empereur (Ce qui est vrai, Ardyn l’a changé en dæmon).

Et donc voilà, le scénario me semble sous-exploitée, les personnages secondaires sont expédiés et l’open world est mal utilisé. Voilà un résumé de ce que je pense du scénario, qui aurait pû être grandiose si bien réalisé.

Pour moi, le jeu n’en reste pas moins agréable à jouer d’un point de vue technique, la forme y est. Quand au fond, c’est à un stade plus médiocre et malheureusement cela met à mal le jeu, ce qui réduit le plaisir que l’on prends en jouant. Si je devrais mettre une note, je dirais un 6/10, une note correcte.
C’est donc fini pour cette critique de FFXV, il s’agit là de ma première critique et j’espère donc des conseils de votre part.
En vous souhaitant une bonne journée/soirée !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s